La Lettre

est, à mon sens, le noyau de la communication visuelle. Elle est le reflet de l’identité et de la philosophie de son preneur et tient ainsi le premier rôle dans le scénario. Actrice, à la fois sobre, élégante et sensuelle ou fantaisiste, aérienne, futuriste, robuste, elle séduit et captive son public par le costume qu’elle emprunte. En capitale ou minuscule, elle sait être extravagante, provocante, pertinente et ainsi s’affirmer et se faire entendre ou au contraire se faire plus discrète et céder son rôle à l’image.

La Lettre

est l'un des signes graphiques formant un alphabet et servant à transcrire une langue. L'origine de ce mot hérité du latin (littéral) est inconnue. Le Dictionnaire étymologique de la langue latine d'Ernout et Meillet signale une possible provenance grecque ou un emprunt étrusque, «[h]ypothèse ingénieuse et séduisante, mais non rigoureusement démontrable.»

La Couleur

quant à elle, n’est pas une figurante en retrait de la scène; c’est la plus caractérielle des actrices. Une fois sur les planches, elle sait jouer plusieurs rôles et troubler son auditoire par son interprétation, sitôt farouche, sitôt audacieuse, capricieuse ou possessive. Elle se pare de son costume sombre ou coloré pour nous amener au vif du sujet et lorsqu’elle désire briller de mille feux, elle s’orne de fines paillettes dorées pour nous émerveiller.

La Couleur

est une sensation produite par la lumière ou sa réflexion sur les objets. Le cerveau interprète une sensation de l'œil sous la forme de couleur. Les couleurs n'ont pas d'existence par elles-mêmes, il n'y a que des rayonnements d'intensité et de longueurs d'onde différentes. La sensation de couleur est donc liée à la combinaison de la source lumineuse avec sa distribution spectrale, le matériau avec ses qualités de réflexion, l'oeil avec son capteur trichromatique et le cerveau avec son système d'interprétation.